Zooms sur les facultés hors du commun des chiens renifleurs

Depuis de nombreuses années, les chiens renifleurs jouent un rôle phare dans la détection des drogues. C’est depuis le commencement des années 70 que nos compagnons à 4 pattes contribuent à cette tâche et ils ne cessent de se spécialiser et se perfectionner au fil du temps. Eleveurs & Pédigrée fait un zoom sur cette incroyable faculté !

Le 1er avril 2017 une scène hors norm s’est produite en Seine-Maritime. Les gendarmes ont cru à un canular au premier abord, un poisson d’avril en fait, mais finalement il n’en était rien. Lors d’une opération de communication menée par la gendarmerie nationale au sein d’un centre commercial, un homme est venu caresser l’un des chiens du groupe d’investigation cynophile d’Evreux. Cependant, pendant qu’il câlinait Greystock, l’homme a dû perdre de vue le fait qu’il cachait dans sa poche de la résine de cannabis. Mais le chien, lui, n’a pas oublié de signaler la présence de cannabis à ses maîtres. L’homme a ensuite été interpellé par les gendarmes. Il faut avouer qu’on aurait pu vraiment croire à une stupide blague ! Vous n’êtes pas d’accord ?

Outre cette scène cocasse, la gendarmerie utilisent des races de chiens adaptées à la recherche de drogue telles que les bergers malinois qui sont relativement facile à trouver et proposent de nombreuses qualités ou les Springers spaniel avec leur odorat fortement développé et leur caractéristique de chiens de chasse.

En effet, les chiens renifleurs de drogue sont capables de détecter toutes les substances illicites odorantes, cependant il faut bien tendu que le chien ait été formé à détecter ces substances. Pour vous donner un ordre d’idée, le LSD n’est pas détectable par l’odorat car ce produit est inodore. Néanmoins, les chiens sont capables de repérer la cocaïne, le cannabis, l’héroïne et leurs dérivés.

Effectivement, le signal du chien lors de la détection d’une odeur de drogue dépend du chien en question. La gendarmerie essaie d’entraîner les chiens à avoir une détection assez passive : l’animal s’assoira ou se couchera. Néanmoins, d’anciens chiens conservent la méthode du grattage qui reste une méthode efficace puisque rien n’est dégradé que ce soit mobilier, vêtements portés par les personnes ou encore l’intérieur d’une voiture.

Pour ce qui est de la distance de détection de substance illicites, cela dépendra de nombreux facteurs comme la quantité de drogue, les conditions climatiques, mais également l’endroit où est stockée la substance comme une poche, une valise, un meuble ou autres et comment celle-ci est emballée. Si les conditions sont avantageuses autant dire que le cannabis ait été exposé à l’air libre pendant une journée avec un vent favorable rabattant les odeurs vers le chien, il pourra détecter la drogue à 200 mètres. Cependant ces conditions sont rarement réunis alors le chien devra se trouver à environ 50cm de la substance pour la reconnaître.

Enfin, ces chiens ne deviennent pas des chiens renifleurs du jour au lendemain. Une période d’entraînement intense est prévu. Durant 3 mois, un instructeur de la gendarmerie va “débourrer” le chien afin de le former à ce qu’on attend de lui. Cela va permettre de poser les bases au chien mais aussi de pouvoir vérifier son aptitude à travailler au sein de la gendarmerie. Il est ensuite confié à un stagiaire et durant 14 semaine ils poursuivront ensemble leur apprentissage. La formation se termine au bout de 6 mois, le chien est complètement opérationnel, cependant afin de garder ses compétences il devra être entraîné régulièrement.

Zooms sur les facultés hors du commun des chiens renifleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *